Fernando Alonso : Portrait du pilote de formule 1

fernando-alonso
Fernando Alonso : Portrait du pilote de formule 1

Qui est Fernando Alonso ?

Fernando Alonso Diaz, est un pilote espagnol né le 29 juillet 1981 à Oviedo. Bien qu’issu d’un milieu relativement, modeste, son père, José Luis Alonso, ouvrier passionné de sports mécaniques l’initie au karting dès son plus jeune âge. Pour cela, il construit avec des amis, une petite piste en face de l’usine où il travaille dans la banlieue sud d’Oviedo.

fernando-alonso-enfant

C’est un enfant qui dès l’âge de 7 ans montre d’étonnantes qualités en remportant en 1988 sa première course de kart. La même année, il est sacré champion des Asturies de karting dans la catégorie enfants. Par la suite, et grâce à un ami du père de Fernando, José Luis Etchevaria, le jeune pilote va pouvoir travailler sa formation sur le circuit de Asturias.

Peu de temps après, il remporte à quatre reprises le championnat d’Espagne de karting en catégorie junior en 1993, 1994, 1995 et 1996, année où il est sacré champion du monde Junior de Kart. Sa voie est ainsi tracée : piloter sera son métier et il souhaite devenir pilote de F1.

Côté vie privée, Fernando Alonso est issu d’un milieu relativement modeste et populaire, son père travaillant comme ouvrier dans une usine d’explosifs et sa mère dans une parfumerie. Fernando à une sœur de 5 ans son ainée, prénommée Lorena Alonso Diaz.

Il a résidé à Mont-sur-Rolle jusqu’en 2009, avant de partir s’installer à Lugano en Suisse, tout en conservant une résidence à Oviedo, sa ville natale.

Plus jeune, il était supporter du Real Madrid et envisageait une carrière de footballeur. Il est aussi amateur de cyclisme et montera en 2011, une équipe pour ses amis Alberto Contador et Carlos Sastre avec qui il roule régulièrement pendant la saison hivernale.

Côté cœur, il s’est marié en novembre 2006 avec Raquel del Rosario, chanteuse du groupe « El sueno de Morfeo » et divorce en décembre 2011.

Lors du Grand Prix d’Allemagne en 2012, il officialise sa relation avec Dasha Kapustina, jeune modèle russe dont il se séparera en décembre 2014. Quelques semaines plus tard, il retrouve l’amour dans les bras de l’animatrice espagnole Lara Alvarez.

Depuis 2016, il partage sa vie avec Linda Morselli, une mannequin italienne de 29 ans.

 

La carrière du pilote

Fernando Alonso a largement contribué à rendre populaire la Formule 1 auprès de ses compatriotes espagnols. Surnommé « El toro de Asturias », il deviendra le premier champion du monde de F1 de l’histoire de son pays, et sera considéré comme l’un des meilleurs pilotes de F1 de son époque. Durant sa carrière, il fait face a plusieurs frictions avec d’autres pilotes et parfois même avec ses coéquipiers et écuries. Ses rivalités et relations tendues dans les années 2000 avec le pilote britannique Lewis Hamilton ont notamment fait beaucoup de bruit dans les paddocks de F1.

Revenons un peu plus en détails sur sa carrière sportive et son ascension vers la discipline reine du sport automobile : La Formule 1.

 

Après de belles années en karting, il monte pour la première fois dans une monoplace en 1999 et participe au championnat de Formule Nissan, série à l’époque en cours d’internationalisation mais encore très centrée sur l’Espagne. C’est un championnat qu’il remporte dès sa première saison avec 6 victoires à la clé.

En 2000, il accède au championnat de Formule 3 au sein de l’écurie Astromega. Les essais privés étaient très limités et le manque d’expérience de Fernando Alonso ne lui permettent pas de jouer le titre mais il remporte une très belle 4ème place et se faire repérer par Flavio Briatore, directeur sportif italien. Celui-ci devient son manager et le place en 2001 directement en Formule 1 au sein de l’écurie Minardi. A 19 ans et 7 mois, Il est le troisième plus jeune pilote de l’histoire à débuter en F1 lors de son premier Grand Prix d’Australie. Même s’il réalise de très belles performances au cours de cette première saison, son manager préfère en 2002, le placer comme pilote-essayeur chez Renault.

L’année suivante, en 2003, l’écurie Renault annonce sa titularisation en remplacement de Jenson Button. En août 2003, alors âgé de 22 ans, il remporte sa première victoire en F1 sur le circuit de Budapest, ce qui fait de lui à ce moment-là, le plus jeune vainqueur d’un Grand Prix de F1. A la fin de saison, il se place 6ème au classement général des pilotes.

En 2004, il termine 4ème du classement.

C’est en 2005 que son travail va être récompensé. En effet, le natif d’Oviedo va prendre sa revanche en remportant 3 Grands Prix consécutifs, et il est annoncé comme un candidat potentiel pour le titre mondial. Grâce à une régularité exemplaire du pilote aux avant-postes et à la fiabilité de sa monoplace, la Renault R25, il profite des problèmes techniques de son principal rival, le pilote finlandais Kimi Raikkonen pour remporter lors de l’avant-dernière manche de la saison le titre de champion du monde. Il devient, à seulement 24 ans le plus jeune champion de l’histoire de la F1 (record qui sera battu 3 ans plus tard par Lewis Hamilton).

Toujours dans l’écurie Renault en 2006, Fernando Alonso prend rapidement la tête du championnat puisqu’après 9 courses, il s’est imposé sur 6 d’entre elles, est monté par 9 fois sur le podium et dispose de 25 points d’avance.

Cependant, la suite de sa saison est plus délicate, notamment suite à l’annonce prématurée de son transfert en fin de saison chez McLaren et de deux casses consécutives.

Il est ainsi suivi de très près au classement par le pilote Michael Schumacher. Lors du Grand Prix du Brésil, il ne lui manque qu’un point à marquer pour être de nouveau sacré : c’est chose faite et il devient le huitième pilote de l’histoire à conserver son titre d’une année sur l’autre.

fernando-alonso-champion

2007 sera une année agitée au sein de l’écurie McLaren qu’il vient tout juste de rejoindre. Son coéquipier est un certain Lewis Hamilton, encore inconnu du grand public mais qui a su faire ses preuves en GP2 et qui est sous la protection de Ron Dennis.

Le début de saison se passe bien et Fernando Alonso semble jouer dans la course au titre puisqu’après 5 courses, il est en tête du championnat. Le problème est que le second du classement n’est autre que son coéquipier Hamilton qui se révèle comme le meilleur débutant de l’histoire de la F1.

Alonso supporte mal cette situation et accuse Ron Dennis de favoritisme envers son coéquipier, ce qui installe une ambiance très défavorable au sein de l’écurie. De surcroit, l’écurie est accusée par l’écurie Ferrari d’espionnage industriel et Fernando Alonso ira témoigner contre son écurie devant le conseil mondial de la FIA.

Suite à des problèmes mécaniques de son coéquipier Hamilton lors du Grand Prix du Brésil, il parvient à revenir à la hauteur de ce dernier et termine à égalité de point 3ème du championnat dernière Hamilton qui prend la seconde place car il bénéficie d’un plus grand nombre de deuxièmes places sur les GP.

A la fin de cette saison plus que tendue, l’écurie McLaren et Fernando Alonso, décident d’un commun accord de mettre un terme à leur contrat et le pilote espagnol annonce son retour au sein du Team Renault.

Il espère pouvoir gagner à nouveau avec Renault, mais dès l’intersaison, il émet de nombreuses réserves, puisque la marque au losange n’est plus à son niveau d’antan.

5ème au classement final avec 61 points, cette saison est la plus mauvaise pour le pilote depuis 4 ans.

2009 ne sera pas une bonne saison pour le pilote, la monoplace R29 n’est pas au niveau de ses rivales et Alonso doit se contenter de quelques points par Grand Prix sans podium. Il monte sur son unique podium de la saison en terminant 3ème à Singapour. Avec un total de 26 points, il s’inscrit à la 9ème place du classement.

Après deux saisons plus que décevantes pour le pilote, il signe au sein de l’écurie Ferrari. 

Nous le retrouvons au sein de cette écurie durant 5 saisons de 2010 à 2014. Il est annoncé comme le nouveau leader et s’impose dès sa première course à Bahreïn.

En 2010, 2012 et 2013 il termine vice-champion du monde.

En 2014, après deux podiums concluants à la seconde et 3ème marche, il abandonne pour la première fois lors du Grand Prix d’Italie suite à un problème technique.

En novembre 2014, à l’arrivée du Grand Prix des Etats-Unis, il annonce son départ et le mois suivant l’annonce officielle de son retour au sein de l’écurie McLaren est faite.

Il termine la saison 2014 sans victoire, avec seulement deux podiums et une 6ème place au championnat.

Fernando Alonso retourne donc au sein de l’écurie McLaren qu’il avait quitté en 2007, après une seule saison. Au cours des essais hivernaux, il est victime d’une commotion après une sortie de piste. Evacué en hélicoptère, le corps médical ne l’autorise pas à participer au 1er Grand Prix de la saison.  La suite de début de saison est désastreuse pour le pilote qui doit attendre la 9ème course pour marquer son premier point. Il finit sa saison avec seulement 11 points et une 17ème position.

En 2016, lors du Grand Prix inaugural à Melbourne, il est de nouveau victime d’un accident, d’une extrême violence, puisque la McLaren est complètement détruite. Les médecins ne l’autoriseront pas à disputer le Grand Prix suivant. Sa saison sera mitigée et il terminera 10ème du classement avec 54 points.

 

En 2017, son début de saison est placé sous le signe de l’abandon : en effet, il est contraint d’abandonner sur les quatre premiers Grands Prix de cette nouvelle saison.

Avec l’appui de son écurie, Fernando Alonso fait l’impasse sur le Grand Prix de Monaco pour disputer ses premiers 500 miles d’Indianapolis sur une McLaren-Honda engagée par Andretti Autosport. Il se qualifie 5ème sur la grille de départ et fait toute la course dans le groupe de tête, menant même sur 27 tours. Il est obligé d’abandonner suite à une casse moteur à 21 tours de l’arrivée, sur les 200 tours au total.

En F1, il se classe 15ème au championnat avec 17 points.

fernando-alonso-mclaren-2018

En mai 2018, il participe à sa première course pour le Championnat du monde d’endurance FIA avec les 6 heures de Spa-Francorchamps et la remporte.

Il remporte également les 24H du Mans dès sa première participation.

En Formule 1, Fernando Alonso annonce en août 2018 qu’il arrêtera à l’issue de la saison. Le pilote double champion du monde évoque le besoin de changer et de passer à autre chose pour pouvoir explorer de nouvelles aventures.

Il est considéré comme l’un des meilleurs pilotes de F1.

Toujours en quête de la triple couronne, il disputera les 500 miles d’Indianapolis en Mai prochain toujours avec son écurie de cœur McLaren.

 

Le palmarès de Fernando Alonso

Fernando Alonso a toujours été passionné de sport automobile, du karting à la monoplace, il s’est constitué un palmarès solide et c’est un pilote qui a su marquer le monde du sport automobile.

Palmarès Karting 

  • 1992 / 1993 / 1994 : Champion d’Espagne de karting Formule Junior
  • 1995 : Champion du Monde de Karting Formule Junior
  • 1996 : Champion d’Espagne et d’Italie de Karting Formule ICA
  • 1997 : Champion d’Espagne de Karting Formule ICA et vainqueur des Masters de Bercy
  • 1998 : Champion d’Europe de Formule Nissan

fernando-alonso-karting

 

Palmarès Formule 1 

Durant ses 17 années de F1, Fernando Alonso a signé au sein de 4 écuries différentes :

  • Renault : 105 Grands Prix disputés de 2003 à 2006 et de 2008 à 2009
  • Ferrari : 96 Grands Prix disputés de 2010 à 2013
  • McLaren : 94 Grands Prix disputés en 2007 et de 2015 à 2018
  • Minardi : 17 Grands Prix disputés en 2001

 

Il aura également piloté 17 modèles de Formule 1 :

  • Monoplace constructeur Minardi :

La Minardi PS01 en 2001 – European V10 – pneus Michelin

  • Monoplaces constructeur Renault:

La Renault R23 en 2003 – Moteur Renault V10 – pneus Michelin

La Renault R23B en 2003 – Moteur Renault V10 – pneus Michelin

La Renault R24 en 2004 – Moteur Renault V10 – pneus Michelin

La Renault R25 en 2005 – Moteur Renault V10 – pneus Michelin

La Renault R26 en 2006 – Moteur Renault V8 – pneus Michelin

La Renault R28 en 2008 – Moteur Renault V8 – pneus Bridgestone

La Renault R29 en 2009 – Moteur Renault V8 – pneus Bridgestone

  • Monoplaces constructeur Ferrari:

La Ferrari F10 en 2010 – Moteur Ferrari V8 – pneus Bridgestone

La Ferrari 150° Italia en 2011 – Moteur Ferrari V8 – pneus Pirelli

La Ferrari F2012 en 2012 – Moteur Ferrari V8 – pneus Pirelli

La Ferrari F138 en 2013 – Moteur Ferrari V8 – pneus Pirelli

La Ferrari F14 T en 2014 Moteur Ferrari V6 turbo hybride – pneus Pirelli

  • Monoplaces constructeur McLaren:

La McLaren MP4-22 en 2007 – Moteur Mercedes V8 – Pneus Bridgestone

La McLaren MP4-30 en 2015 – Moteur V6 turbo hybride – Pneus Pirelli

La McLaren MP4-31 en 2016 – Moteur V6 turbo hybride – Pneus Pirelli

La McLaren MCL32 en 2017 – Moteur V6 turbo hybride – Pneus Pirelli

La McLaren MCL33 en 2018 – Moteur V6 turbo hybride – Pneus Pirelli

 

Le pilote Fernando Alonso, qui s’est engagé sur 315 Grands Prix de F1, en disputera 312 au cours de sa carrière automobile en F1.

Il détient plusieurs records de F1 :

  • En 2001, il dispose d’un baquet de titulaire pour cette saison, il n’a que 19 ans et 7 mois. Il est le 5ème pilote de moins de 20 ans à courir en F1.
  • En 2005, il devient le plus jeune champion du monde de F1 à l’âge de 24 ans et 59 jours. Il sera par la suite devancé par Lewis Hamilton en 2008 (23 ans et 301 jours) et Sébastian Vettel en 2010 (23 ans et 135 jours).
  • Dans le classement des pilotes les plus jeunes ayant obtenu la pôle position, Fernando Alonso est second : en effet, lors du Grand Prix de Malaisie en 2003, il signe sa pole position à 21 ans et 237 jours.

 

Si l’on devait résumer en chiffres, la très belle carrière F1 de Fernando Alonso :

  • 315 engagements
  • 312 Grands Prix
  • 32 victoires
  • 22 pole positions
  • 23 meilleurs tours
  • 97 podium (32 en P1, 37 en P2 et 28 en P3)

Partager cet article