Technique de pilotage : le sous-virage

technique-de-pilotage-sous-virage
Technique de pilotage : le sous-virage

1/ définition et principe

Le sous-virage est dans le domaine du sport automobile, la perte d’adhérence des roues avant du véhicule. Plus précisément c’est une dérive de l’essieu avant supérieure à celle du train arrière.

La voiture semble vouloir continuer tout droit même si les roues ont été tournées.Pour les véhicules courants, ce phénomène est très souvent lié à une vitesse excessive lors de l’entrée dans un virage ou une accélération trop forte à la sortie du virage.

Les causes les plus courantes de sous-virage sont :

  • Le patinage des roues motrices (sur une traction)
  • Un blocage des roues avant au freinage
  • Un excès de braquage
  • Un mauvais transfert de masse

sous-virage

 

2/ la différence entre traction propulsion et intégrale

Le moteur des voitures produit une force sur l’axe des roues afin de les faire tourner. Il peut entrainer :

  • Uniquement les deux roues avant : il s’agit de la traction avant.
  • Uniquement les deux roues arrière : on parle de propulsion arrière
  • Les 4 roues en même temps : la transmission intégrale

Aujourd’hui, pour des raisons économique, 90% des voitures sont des tractions. Mais quels sont les avantages et inconvénients des trois ?

Propulsion : Les voitures à propulsion ont le moteur placé soit à l’avant soit à l’arrière du véhicule.

Pour les voitures dont le moteur est à l’avant on trouve : quasiment toutes les BMW, la Corvette Z06, la Ferrari 599 GTB Fiorano, la Dodge SRT Viper…

Pour les voitures dont le moteur est à l’arrière on trouve : la Bugatti Veyron, la Ferrari 488, la Renault Sport Clio V6, la Porsche 911, la Carrera GT ou encore la McLaren P1…

Avantages :

  • La propulsion permet une meilleure transmission de la puissance au sol.
  • Un plaisir de conduite accru et possibilité d’effectuer des dérapages contrôlés, ce qui est beaucoup plus compliqué avec une traction.
  • La répartition du poids de la voiture est généralement meilleure car certains éléments situés à l’avant sur une traction se retrouvent à l’arrière.

Inconvénients :

  • La maniabilité sur route et la motricité sont moins faciles.
  • Les pneus arrière s’usent plus vite que sur une traction.
  • La transmission aux roues arrière nécessite un arbre de transmission qui pénalise l’habitacle à la place arrière centrale.

transmission-a-propulsion

Traction :  Le modèle à traction est le plus rependu puisqu’il représente 90% des voitures sur le marché. Il est composé de deux demi-arbres de transmission, issus du pont de la boite de vitesse, qui entrainent les roues avant grâce à des arbres cannelés dans les moyeux.

Quelques modèles à traction : la Seat Leon Cupra, la Ford Focus RS, la Honda Civic R…

Avantages :

  • Une traction vectorielle, l’effort est toujours dirigé vers la direction à prendre.
  • Une bonne motricité même en condition de pluie ou sous la neige.
  • Un rendement de transmission supérieur à la propulsion ou à la transmission intégrale, permettant une plus faible consommation de carburant.

Inconvénients :

  • Un patinage des roues motrices lors de fortes accélérations sur les premiers rapports et sur route glissante
  • Une motricité moindre lorsque la voiture dépasse les 150CV.

moteur-traction

 

Intégrale : un véhicule qui possède une transmission intégrale, est muni d’une boite de transmission qui transmet du coulpe moteur à chacune des roues.

De plus en plus de voitures offrant la traction intégrale sont sur le marché notamment : Audi R8, BMW i8, Tesla Model S P85D, Bugatti Veyron, Nissan GT-R…

Avantages :

  • Une accélération et une tenue de route assurée : la voiture est plus stable dans les virages.
  • La stabilité sur les routes mouillées : en effet la capacité du véhicule à envoyer le couple du moteur aux quatre roues permet d’éviter les dérapages et de garantir l’adhérence des quatre roues.

Inconvénients :

  • La consommation de carburant est supérieure de 5 à 10% aux autres types de transmission en raison du poids supplémentaire du rouage intégral.
  • Le prix d’achat est plus élevé également.

transmission-integrale

 

3/ technique de pilotage : le sous virage

Comment l’éviter ?

  • Il faut aborder le virage à une vitesse raisonnable et proportionnelle à l’angle de la courbe.
  • Ne jamais entrer dans un virage en pleine accélération et ne pas avoir une conduite sportive.
  • En compétition automobile, il est possible d’en diminuer les risques en modifiant la géométrie du train avant, la répartition du freinage et la pression des pneus.

Comment le corriger ?

La solution à ce problème est de rendre de l’adhérence aux pneus avant. Il n’existe malheureusement pas de solution miracle. Quelques conseils cependant pour essayer de le corriger :

  • Lâcher brièvement l’accélérateur et redresser légèrement les roues avant en débraquant pour leur redonner de l’adhérence.
  • Freiner afin de réduire la vitesse et garder les roues droites ou légèrement braquées.
  • Engager un rapport inférieur en lâchant rapidement l’embrayage.
  • Ne pas surbraquer. C’est une tendance naturelle contre laquelle il faut lutter car cela aura pour conséquence de mettre les roues avant en « ripage » et d’accentuer le sous-virage.

 

4/ Apprentissage dans une école de pilotage.

Lors d’un stage de pilotage, la notion de sous-virage sera très rapidement abordée lors du briefing présenté par le moniteur professionnel.

Pour cela, un briefing d’une heure vous est donné afin de vous expliquer toutes les consignes de sécurité et technique de pilotage sur la piste.

Afin d’éviter les sous-virage, le moniteur vous enseigne comment aborder un virage, qu’il soit un virage lent, rapide, une épingle et de ce fait la vitesse d’entrée à adopter pour que la force centrifuge et le transfert de masse soient parfaits sur chaque type de courbe.

Cela vous permettra d’éviter toutes sorties de piste et ainsi de prendre du plaisir et des sensations sur la piste en toute sécurité.

briefing-stage-de-pilotage

Partager cet article