Interview pilote Inès Taittinger : en route vers les 24 heures du Mans !

Portrait Ines Taittinger
Interview pilote Inès Taittinger : en route vers les 24 heures du Mans !

A 26 ans, Inès Taittinger disputera ses premières 24 Heures du Mans au volant de la Morgan-Nissan LMP2 du Pegasus Racing. Le Rêve deviendra réalité les 18 & 19 juin prochain sur la mythique piste des 24 heures du Mans.

Ines Taittinger

 

Inès dit nous d’où vient cette passion du Sport Automobile ?

C’est mon père qui m’a transmis le virus très tôt. Par contre, mon père voulait que j’aie le permis de conduire d’abord. J’ai fait un peu de karting de location, j’adorais ça, mais je n’ai jamais disputé de course de ma vie, même en karting, avant 2009.

Et alors une fois ce permis de conduire en poche ?

Mon père est ami de longue date avec Philippe Alliot. On m’a jeté dans le grand bain à 19 ans sans aucune expérience pour une épreuve du VDEV en CN à Magny Cours. C’était en 2009 au volant de la Ligier JS51 de l’équipe Blue One (l’équipe de Philippe Alliot). Les conditions étaient exécrables, je me souviens bien de ce baptême du feu. Il fallait bien commencer un jour ! J’ai fait ensuite quelques apparitions épisodiques en V de V avec cette même équipe de 2010 à 2012.

Donc si je comprends bien c’est Philippe Alliot qui t’a mis le pied à l’étrier ?

Oui tout a fait. J’ai la chance qu’un ancien pilote de F1 m’ai fait débuter………….en plus au volant d’une Ligier. Il y a pire comme début.

A quel moment as-tu commencé à faire de la course sérieusement ?

C’était en 2013 quand j’ai signé chez CD SPORT  qui venait juste de remporter le championnat. Si Philippe m’a fait découvrir le sport auto, c’est vraiment CD SPORT qui m’a appris mon métier de pilote. Claude Degremont & Laurent Cazenave étaient très exigeants envers moi. Grâce à eux, j’ai pris conscience de mes qualités mais aussi de mes points à travailler pour aller plus loin, plus haut.

As-tu quelques exemples concrets ?

Le premier était la condition physique. Je n’avais pas l’endurance pour faire des relais de 2h performent. Laurent m’a mis en contact avec 321 Perform et de suite j’ai progressé. Ils m’ont fait également rencontrer mon coach, Johan Boris Scheir. Il m’apporte beaucoup de sérénité de part son expérience, il sera avec moi aux 24 Heures du Mans. Claude et Laurent m’ont fait partager leurs expériences avec moi. En contre partie, ils me demandaient beaucoup. J’ai pris conscience que pour quelques minutes de plaisirs sur un podium, il fallait beaucoup travailler et essayer de ne rien laisser au hasard. Chez CD SPORT, j’ai roulé également avec de très bons pilotes qui m’ont obligé à ne pas dormir. Je n’oublierai jamais tout ce que m’a appris CD SPORT.

15357183157_9daaa06d93_h

Maintenant place aux 24 Heures du Mans ?

Le rêve qui devient réalité. Depuis 2 ans  je souhaitais faire les 24 heures, c’était mon rêve. Toutes les personnes qui m’ont encadré durant ces années  m’ont appris à en faire un objectif plus qu’un rêve…..toujours le travail. Claude & Laurent m’avaient dit que je serai prête en 2016, c’est maintenant. Je m’entraîne beaucoup, au minimum deux heures par jour. Maintenant, Le Mans est une course d’un niveau incroyable, une épreuve mythique qu’il faudra aborder avec humilité. J’ai pleuré lorsque l’on m’a dit que nous allions aux 24 Heures du Mans ! 

Par ailleurs, la tricolore assure au plateau de l’édition 2016 des 24 Heures du Mans une présence féminine qui lui faisait défaut l’an passé. « C’est quelque chose qui compte pour moi également », conclut-elle.

Rendez-vous dans deux mois pour les célèbres 24 Heures du Mans, un monument Mondial du sport automobile.

Partager cet article