Eric Amato, designer de casques pour la compétition automobile

Eric Amato, designer de casques pour la compétition automobile
#1. Bonjour Eric, peux-tu te présenter en quelques lignes ? 
eric amato

Eric Amato – designer

Bonjour, je m’appelle Eric Amato, je suis impliqué dans le sport automobile depuis des années, au travers de mon activité de design de casques, mais aussi en tant que moniteur. Le coaching me permet d’être intégré dans le milieu grâce à ma présence sur les circuits automobiles et d’avoir un contact permanent avec les pilotes.

Grâce à mon métier de designer de casque, j’allie ma passion pour l’art contemporain et l’objectif commun à toutes mes activités : répondre aux attentes des clients.

#2. Designer de casque, c’est original comme métier. Depuis quand cette passion est-elle née en toi et pourquoi ?

Cette envie est née de ma rencontre avec Stéphane Sarazin, qui lors de 24H du Mans 2005 avait souhaité avoir un casque spécifique correspondant à son identité. Il y avait une vraie problématique dans la compréhension de ce que les pilotes aiment et veulent vraiment mettre en avant sur leurs casques. J’ai donc décidé de me spécialiser dans la personnalisation et la modernisation des casques automobiles.

Pour moi, chaque casque doit raconter une histoire et mettre en avant la véritable identité du piloteDurant le lancement de ce projet, j’ai eu la chance énorme et primordiale de rencontrer Olivier PanisNotre première rencontre a été sur le Trophée Andros, Olivier a été surpris d’un casque que j’avais réalisé pour Alain Prost, qui rendait hommage à son équipier et plus grand rival : Ayrton Senna.

Il m’a par la suite consulté pour réaliser le casque de son fils Aurélien Panis,  le projet fut une réussite. Par la suite Olivier a souhaité avoir un nouveau projet avec nous, car il disputait les 12 h de Sebring 15 jours plus tard (pour l’anecdote, c’est une course qu’il a remportée).  

Notre collaboration dure maintenant depuis plus de 7 ans.

#3. Peux-tu nous expliquer davantage en quoi consiste ton métier de designer ?

L’une des facettes de mon métier est de comprendre les attentes du pilote. Un casque doit raconter une histoire et mettre en avant la véritable identité du pilote. C’est pourquoi je passe énormément de temps à comprendre ce qu’il aime et ce qu’il veut représenter. Un grand nombre d’entre eux savent ce qu’ils veulent mais n’arrivent pas à l’exprimer, je passe donc plusieurs heures à les questionner, à les étudier et à les connaitre.

L’autre facette est de créer ou de moderniser le casque. Certains pilotes sont attachés aux motifs de leurs casques, c’est pourquoi je propose de les conserver tout en les retravaillant afin de leur donner une nouvelle dynamique.

#4. Quelles sont les grandes étapes pour confectionner un casque de compétition automobile ? Et quelles sont les contraintes auxquelles tu dois faire face ?

Il y a 3 étapes indispensables dans la confection d’un casque :

  1. Le questionnement du pilote sur ses attentes, sur ce qu’il aime, sur son vécu et les expériences qu’il a pu connaitre. Je consacre une attention toute particulière sur cette étape et surtout du temps. Car je ne propose pas de maquette au pilote et celui-ci découvre son casque le jour J.
  2. La liste des sponsors et leurs logos: Mes dessins intègrent les logos des pilotes. C’est pourquoi, j’ai besoin d’en avoir la liste et leurs codes couleurs.
  1. La partie création: chaque casque est une pièce unique. Ma spécificité est de ne pas utiliser d’ordinateur, je réalise tous mes dessins à la main ce qui fait ma différence au niveau national. Je crée au crayon gris le dessin que je colorie par la suite avec des feutres de couleurs. Je porte ensuite ce prototype aux peintres, qui vont le réaliser en peinture et en aérographe. Ce sont de véritables artistes avec des qualités hors du commun.

La principale contrainte à laquelle il faut faire face est la mise en avant des sponsors. Le nombre de sponsors du pilote, leurs dimensions, leurs coloris et le budget qu’ils apportent conditionne leurs positions sur le casque et de ce fait le dessin.

Pour vous donner un exemple, un pilote de type GT dont la voiture est fermée et qui a un très gros sponsor doit impérativement avoir son logo tout en longueur et sur le côté du casque sous forme de bandeau pour qu’il soit visible au maximum.

Un pilote désirant mettre peu de sponsors peut se permettre plus de liberté, c’est notamment le cas de David Hallyday, avec un casque son dernier casque au design de cosmonaute. Aurélien Panis, lui au contraire, avec ses 9 sponsors, est obligé d’avoir son dessin travaillé sur le dessus du casque pour laisser une place suffisante à ses sponsors.

#5. À qui s’adressent principalement tes casques ? As-tu un nom célèbre (ou plusieurs) à nous donner ?

Mes casques s’adressent autant aux pilotes professionnels qu’aux gentleman drivers.

Durant les premières années, 90% de mes clients étaient des pilotes, maintenant la tendance s’est inversée pour une demande de 60% de la part des gentleman drivers, essentiellement étrangers, passionnés d’automobiles et 40% de pilotes professionnels.

J’ai eu le très grand privilège de concevoir des casques pour un grand nombre de très bons pilotes automobiles de catégories de championnats différentes.

Catégorie F1 : Olivier Panis, Jacques Villeneuve, Jacques Lafitte, Charles Pic…

Catégorie GT : David Hallyday, Fabien Barthez, Anthony Beltoise, Emmanuel Collard, Franck Pereira, Kévin Estre, William David, Alexandre Prémat, Laurent Cazenave…

Rallye et autres : Jean Ragnotti, Christophe Lapierre, Andréa Dubourg, Bertrand Balas, Nicolas Schatz, …

#6. D’ailleurs, quel est le plus beau casque que tu as conçu (objectivement) et à qui s’adressait-il ?

Je les aime tous… (rires) et c’est pour moi à chaque fois un déchirement de livrer un casque parce que j’aimerais les garder … Vous savez, si je m’attache autant à mes casques, c’est parce que cela représente au minimum 20 heures de dessin et plus de 20 heures de mise en peinture.

Je crée en moyenne un casque par semaine, et j’ai toujours cette passion et cette envie de me lancer sur une nouvelle création. Ma volonté de faire plaisir au pilote et de réaliser un casque avec une véritable identité, me fait porter sur chacun une attention particulière.

J’ai la chance de pouvoir en retrouver quelques uns au circuit du Castelet, qui rassemble plus de 20 de mes créations dans une vitrine de plus de 6 mètres. Par exemple, il y aura prochainement le casque du pilote Norman Nato, pour lequel j’ai réalisé un casque en hommage à Olivier Panis.

Il y a également le casque conçu pour Anthony Beltoise, spécialement pour le grand prix de Monaco, qui est une modernisation de celui que portait son papa, le jour de sa victoire sur ce même circuit.

#7. Si demain, je souhaite faire réaliser mon casque par tes services. Quels renseignements devrais-je t’apporter avant que tu puisses commencer ton travail ? Et peux-tu nous donner une fourchette de prix ?

Pour moi, un casque est une œuvre d’art, tous les soins lui sont apportés de la conception à la livraison, je livre toujours en mains propres tous mes casques.

Je tiens aussi à préciser que je ne réalise jamais un casque si je n’ai pas rencontré le pilote. Comme je le disais précédemment, j’ai besoin d’un contact visuel pour appréhender et analyser le client afin de lui garantir un résultat optimum. Le design sera différent en fonction de la personnalité du pilote. Les demandes que je reçois par mail sont toujours traitées, mais je demande systématiquement que la personne me contacte par téléphone.

Je prévois généralement un délai de 3 mois et travaille sur la confiance puisque je ne présente aucune maquette durant cette période.

Pour ce qui est du prix, il faut compter environ 1 600€ – 1 700€ HT pour un projet chez nous. Le prix peut être plus élevé en fonction de la demande du client, comme par exemple des fresques ou l’utilisation de composants différents (type chrome, feuille d’or).

Pour moi, le plus beau salaire est de voir un sourire sur le visage du pilote lorsque je lui livre le produit. Ceci est la preuve pour moi d’un projet réussi. Il n’y a pas de plus beaux moments, que sont ces échanges magnifiques et ces moments privilégiés.

Partager cet article