Quelles sont les règles en Formule 1 ?

Réglement Formule 1 - article par CD-Sport
Quelles sont les règles en Formule 1 ?

Point culture. Voici les 10 règles en Formule 1, un tantinet étranges, mais qui valent largement la peine d’être connues pour les férus de sport automobile.

Règle n°1 : Le temps additionnel en qualification

L’année 2005 a vu l’apparition éphémère d’une règle peu orthodoxe dans le monde de la Formule 1. Il s’agissait pour les pilotes de faire deux tours de qualification à une demi-journée d’intervalle. Le premier devait se faire le samedi après-midi et le second le dimanche matin. L’addition de ces deux temps permettait de connaître la position du pilote sur la grille de départ. Ce procédé a fait tellement de mécontents, notamment dans les médias, qu’il a été annulé au bout de 6 grands prix.

Règle n°2 : Les qualifications sur un tour

En raison d’une domination trop longue de la marque au cheval cabré au début des années 2000, la fédération de la Formule 1 a voulu changer la redistribution des chances à la qualification. Alors que l’ordre de la grille de départ se faisait par une course d’une heure depuis 1996, le nouveau règlement imposait la qualification sur un unique tour de circuit. Ce stratagème très discutable a tenu jusqu’en 2004 avant d’être remplacé.

Règle n°3 : L’interdiction de changer les pneus en 2005

Face à une suprématie sans faille de Ferrari sur les circuits, une nouvelle règle inattendue vit le jour en 2005. C’était l’interdiction de changer de pneus. La Scuderia se retrouva mal en point, car sa marque de pneus de F1, bien que très efficace, manquait d’endurance contrairement à celles des concurrents. Cette décision tourna la discipline au ridicule, car il en découla de nombreux problèmes de sécurité.

Règle n°4 : En 2015 et 2016, silence radio

En 2015, la FIA avait décidé de mettre des restrictions sur les liaisons radio en grand prix. De nombreux responsables auraient constaté que la concentration du pilote était non seulement dérangée, mais que la notion de pilotage réel se perdait. Même s’il est vrai que le pilote doit conduire seul et sans aide selon le règlement officiel de la F1, la fédération avait appliqué le concept un peu trop au pied de la lettre. Au bout de deux ans, cette clause a fini par être revue et allégée.

Règle n°5 : La possibilité de partager sa voiture avec un autre pilote

Dans les années 1950, une réglementation plutôt particulière permettait à deux pilotes de partager le même véhicule au cours d’une course. Leurs points étaient équitablement distribués à la condition qu’ils aient parcouru le même kilométrage. Malgré cet aspect vraiment étrange, totalement aux antipodes de l’esprit initial de la course automobile, cette règle a pu rester en vigueur huit ans durant.

Règle n°6 : Le double de points pour le vainqueur

La règle de doublage des points au vainqueur avait été instaurée entre 2014 et 2015. Cette modification était destinée à augmenter l’esprit de compétition d’une part. D’un autre côté, cela évitait qu’un pilote soit sacré champion trop tôt. Cette réglementation faisait sans doute suite à la victoire rapide de Sebastian Vettel deux ans plus tôt. Ce règlement jugé peu pratique fut délaissé à peine deux ans après son officialisation.

Règle n°7 : Les qualifications en Q3 doivent se faire avec le plein de carburant entre 2006 et 2007

La FIA a toujours été très stricte sur le poids d’une F1. À titre expérimental, les F1 avaient en 2006 l’obligation de démarrer leur course de qualification avec le plein de carburant. Cela les rapprochait des conditions de la course du grand prix en elle-même et contribuait aussi à effectuer moins d’arrêts au stand. Par conséquent, les concurrents passaient leur temps à essayer de consommer le maximum de carburant pour alléger leur véhicule.

Règle n°8 : Une élimination toutes les 90 secondes

Dans les expérimentations les plus catastrophiques, l’élimination toutes les 90 secondes fut l’une des plus marquantes. Durant les qualifications, les pilotes les plus lents étaient simplement éliminés chaque minute et demie écoulée. À la fin, il ne restait plus grand monde sur la grille de départ. Le caractère totalement absurde de cette règle ne lui a pas permis de survivre plus d’une course.

Règle n°9 : Un point pour le meilleur tour

C’est une règle assez singulière que celle du point supplémentaire pour avoir effectué le meilleur tour. Toutefois, elle est plutôt fondée. Elle consiste à octroyer un point pour le pilote au meilleur tour à la fin du Grand Prix. Il est vrai qu’à ses débuts dans les années 50, l’application de cette règle était défavorisée par la qualité des chronomètres d’antan. Elle a donc été abandonnée par la fédération automobile de l’époque.

Règle n°10 : Des points supplémentaires pour les coureurs les plus rapides

Avec la technologie de chronométrage actuelle, il est bien plus facile de départager les coureurs. Cela a permis le retour de la clause du point supplémentaire pour les coureurs les plus rapides depuis 2019. Au bout d’un grand prix, le pilote qui aura fait le meilleur temps au tour et finira dans les 10 premiers se verra attribuer un point dans son classement final.

Partager cet article