Le siège baquet des voitures de course : comment est protégé le pilote ?

siege baquet
Le siège baquet des voitures de course : comment est protégé le pilote ?

Le siège baquet de voiture de course

Pour une sécurité optimale du pilote, l’habitacle des voitures de sport automobile est équipé de sièges baquet afin de maintenir le corps du conducteur. Cet équipement automobile tire son nom du « baquet », un récipient en forme de demi-tonneau. Ce siège de voiture de sport enveloppe en effet le conducteur sur les côtés, au niveau des hanches ; et la présence de harnais empêche tout mouvement du tronc. Le pilote et le passager copilote font véritablement corps avec le siège.

Dans une voiture de course, tout est pensé pour absorber les chocs frontaux et latéraux au maximum et emmagasiner l’énergie cinétique. L’objectif est de protéger les organes du dos et des lombaires, et les os du pilote qui se trouvent en contact avec le baquet. Sa forme très enveloppante nécessite de créer du sur-mesure. La forme du siège doit en effet épouser précisément la forme du corps du pilote et être adaptée à sa corpulence, pour garantir un maintien optimal lors de l’effet de la force centrifuge dans les virages en compétition automobile.

Dans les compétitions automobiles de haut niveau, comme la Formule 1, ce siège ergonomique fait l’objet d’un moulage sur le pilote en position de conduite. Chaque véhicule de course est conçu avec une base carbone dans laquelle est moulé le baquet. La coque carbone de survie n’est autre que le châssis de la voiture. L’ensemble des éléments sont fixés ensuite à cette coque. Il est formellement interdit de faire quelconque modification sur ce baquet.

Le siège baquet, conçu en fibre de verre avec rembourrage en matériaux respirants, comporte des ouvertures qui permettent de faire passer les sangles des harnais. Il se caractérise également par son faible poids, comme pour tous les accessoires auto de sport mécanique. Il est doté d’un revêtement ultra résistant avec des renforts contre les déchirures. Pour raisons de sécurité, ce siège auto doit répondre à des normes précises. La Fédération internationale de l’automobile (FIA), par exemple, délivre des labels d’homologation aux sièges utilisés dans les épreuves de ses championnats.

Les harnais de sécurité

Leur fonction va au-delà de la simple ceinture de sécurité. Les sangles de sécurité nécessairement homologuées doivent offrir une certaine flexibilité. En effet, pendant l’accélération, le harnais va subir une force. Pour l’absorber, il doit pouvoir s’étendre un minimum. En revanche, lorsque le pilote automobile dépasse un certain nombre de g, c’est-à-dire que la force imposée est trop importante, le harnais doit obligatoirement être changé. Il s’agit d’un élément de sécurité vital mais qui ne se soustrait pas à l’équipement pilote automobile.

Le headrest

Cet appuie-tête est constitué de blocs qui englobent les épaules et la tête du pilote. Une partie est fixée sur la portière qui, une fois fermée, vient dans le prolongement du casque. Le headrest est composée d’une mousse à mémoire de forme. Il protège l’arrière et les côtés de la tête et évite en cas d’accident le rebond ou le coup du lapin.

Partager cet article