Michèle Mouton : portrait d’une femme pilote

Michèle Mouton quand elle était une jeune pilote de course
Michèle Mouton : portrait d’une femme pilote

Qui est Michèle Mouton ?

Michèle Mouton quand elle était une jeune pilote de course

Née à Grasse en 1951, Michèle Mouton est une pilote de rallye, quatre fois vainqueur de manches du championnat du monde des rallyes (WRC) et vice-championne du monde en 1982. Celle que la presse surnommera le « beau volcan noir » commence sa carrière de pilote automobile français en tant que copilote et membre du Groupe Compétition Grasse. En 1973, elle participe pour la première fois au Championnat du monde des rallyes lors du Rallye Monte-Carlo puis devient pilote l’année suivante lors du rallye Paris-Saint-Raphaël. Sa belle carrière prend fin en 1986 après une dernière participation au Championnat du monde, lors du Tour de Corse.

Mais la pilote française ne délaisse pas pour autant le monde des sports mécaniques puisqu’en 1988, Michèle Mouton participe à la création de la « Race of Champions » en mémoire du pilote finlandais Henri Toivonen. En 2010, elle devient présidente de la commission de la FIA ayant pour but de promouvoir les femmes dans le sport automobile, avant d’être nommée l’année suivante manager du championnat du monde des rallyes.

La carrière de Michèle Mouton : pilote de rallye

C’est presque par hasard que sa carrière de pilote débute, quand, en 1973 elle participe comme copilote au rallye de Monte-Carlo aux côtés de Jean Taibi sur une Peugeot 304 S. L’expérience est une révélation. Très vite, la native de Grasse démontre son talent pour la conduite : elle remporte le championnat de France féminin des rallyes en 1974 et 1975 et ne tarde pas à piloter avec les hommes. Parallèlement aux rallyes, elle dispute, aux côtés de Christine Dacremont et Marianne Hoepfner, les 24 heures du Mans de 1975 sur une Moynet LM75. Elle passe semi-professionnelle, puis professionnelle, et participe au championnat d’Europe des rallyes. Elle remporte notamment le rallye d’Espagne en 1977 sur Porsche Carrera RS, terminant l’année vice-championne d’Europe des rallyes derrière Bernard Darniche. Repérée par Fiat, elle pilote dès 1978 la mythique Fiat 131 Abarth, avec laquelle elle remporte le Tour de France automobile avec Françoise Conconi.

Puis c’est la firme allemande Audi qui la repère. En 1981, Michèle Mouton intègre l’écurie WRC du constructeur allemand et connaît alors ses années les plus riches sur Audi Quattro. La Française s’impose dans la compétition automobile puisqu’elle remporte sur son nouveau bolide le rallye de Sanremo puis, devient ainsi la première et unique femme de l’histoire à remporter une manche du Championnat du monde des rallyes. 1982 est une année dorée. Michèle Mouton remporte encore trois rallyes du Championnat du monde : le rallye du Portugal, le rallye de l’Acropole en Grèce puis celui du Brésil.

En 1985, elle établit un record sur le fameux Pikes Peak International Hill Climb, cette course de côte légendaire du Colorado aux États-Unis, qu’elle termine en 11 min 25 s 39 en catégorie « open rally ». L’année suivante, elle annonce la fin de sa carrière sportive. Pour autant le « beau volcan noir » ne délaisse pas l’univers des sports de course.

Michèle Mouton : son palmarès

Après avoir totalisé 229 points en 50 courses WRC, étalées sur 14 années, elle aura été la première femme pilote professionnelle. Michèle Mouton enchaîne les sacres dès l’année 1974, avec notamment les titres de championne de France des critériums en GT série 1974, celui de championne de France en groupe 3 la même année, et trois titres de championne de France féminine. Avec sa copilote Fabrizia Pons, elle remporte plusieurs victoires en championnat du monde : Sanremo en 1981, puis les rallyes du Portugal de Grèce et Brésil l’année suivante sur Audi Quattro. Michèle Mouton cumule les Coupes des dames comme le RAC Rally de 1984 et plusieurs fois le rallye de Monte-Carlo, sans oublier ses victoires à deux reprises de la Coupe FIA des pilotes de rallye 1977 et 1978.

Championne d’Europe féminine en 1975 et enfin vice-championne du Monde en 1982. Elle remporte aussi le Championnat d’Allemagne des rallyes en 1986 sur Peugeot 205 Turbo 16 avec à ses côtés de Terry Harryman.

Michèle Mouton : toujours investie dans la course automobile

Après sa retraite sportive, Michèle Mouton se lance en 1988 dans l’organisation de la Race of Champions, une course de prestige qui oppose chaque année, sur des voitures identiques, les meilleurs pilotes du monde, toutes catégories confondues. En 2010, elle est nommée Directrice du WRC par la FIA, comme « manager général » pour coordonner la sécurité, les règlements et le calendrier en WRC.

En 2011, elle est également nommée par Jean Todt présidente de la Women and Motor Sport Commission (WMC) de la FIA, afin de promouvoir le rôle des femmes dans le sport automobile. Après son élection en 2009 à la tête de la FIA, l’ancien directeur de la Scuderia Ferrari souhaitait améliorer la représentation des femmes dans le sport automobile. Le nom de Michèle Mouton s’est naturellement imposé.

Partager cet article