Qui est Jochen Rindt, pilote de F1 sacré champion après sa mort

Article portrait Jochen Rindt par CD-Sport
Qui est Jochen Rindt, pilote de F1 sacré champion après sa mort

Jochen Rindt… son histoire a bouleversé le monde entier. Le pilote autrichien aura, jusqu’au bout de sa dernière course, animé les circuits. Hommage à un célèbre pilote de Formule 1, sacré champion à titre posthume.

L’histoire de Jochen Rindt, un jeune Autrichien remuant

Né en 1942, le pilote Jochen Rindt est issu d’une famille bourgeoise. Bien que prédestiné à reprendre la direction de l’entreprise familiale de broyage d’épices, le célèbre pilote autrichien de F1 s’est épris très tôt des courses, à seulement 17 ans.

A cette époque, il avait couru illégalement sur sa moto dans les rues de Graz, en Autriche. Dès le départ, l’homme avait éprouvé une forte attirance pour les sensations fortes sur le bitume. Cela lui a d’ailleurs valu un accident à bord de la Chevrolet de ses grands-parents, alors qu’il n’avait que 18 ans.

Son amour pour la course automobile n’a pas pour autant empêché Rindt d’aimer une femme : Nina Lincoln. Rindt et Lincoln étaient à la F1 des mid-sixties ce que John Lennon et Yoko Ono étaient au monde du rock. Beau, mythique, glamour : autant d’attributs qualifiaient leur couple. Ce qu’ils avaient en plus : ce côté follement amoureux l’un de l’autre, la complicité palpable, et surtout l’insouciance avant-gardiste que beaucoup enviaient secrètement.

Il est clair que Jochen Rindt a pleinement vécu ses plus belles années avant de tirer sa révérence lors d’un accident mortel en F1.

Des débuts décevants chez Cooper

Avec la détermination dont il fait preuve, l’équipe Cooper est convaincue d’engager Rindt en 1965. Toutefois, il y a un abysse entre vouloir et pouvoir. Effectivement, l’équipe automobile de John Cooper a perdu sa gloire d’antan. Le gérant ayant perdu toute motivation a passé le flambeau à Roy Salvadori, qui a tenté de redresser la barre. Malheureusement, la nouvelle T77 et son moteur Climax n’a pas donné les résultats escomptés, mais Jochen doit faire avec.

Durant toute la saison 1965, Rindt a passé le plus clair de son temps à subir les problèmes de sa voiture, si bien qu’il finissait rarement une course. À Monaco, il a tout simplement manqué la qualification. Une vraie douche froide pour Cooper, qui avait vécu des jours heureux sur ce même circuit avec Trintignant et Moss.

Cependant, Jochen Rindt parvient à gagner le respect de ses pairs en bousculant les idées reçues, quitte à se plaindre auprès des ingénieurs de la médiocrité de sa monoplace. Il remporte finalement la 4e place au Nürburgring, puis la 6e place à Watkins Glen.

Dans les années 1960, Rindt était le pilote le plus en vue de sa génération aux côtés de Jackie Stewart. Seulement, celui-ci avait démontré qu’il était capable de remporter une victoire en Formule 1, chose que son homologue autrichien n’avait pas encore pu réaliser jusque-là. Certes, Rindt a gagné sur le circuit des 24 Heures du Mans, ainsi qu’en F2, mais il n’avait pas encore remporté de victoire en Formule 1. Son talent n’a pas été remis en question, l’obstacle était sa monoplace Cooper.

Jochen Rindt, un pilote nommé champion à titre posthume

Déterminé à décrocher le titre mondial du Grand Prix, Rindt aura réalisé son rêve… mais au prix de sa vie.

Au moment des essais du Grand Prix d’Italie en 1970, Rindt ignorait effectivement que son rêve, il l’avait déjà réalisé. Il ignorait également que le destin allait lui enlever la satisfaction de jouir pleinement d’avoir atteint son objectif.

Effectivement, lors des essais au Grand Prix d’Italie à Monza, Jochen Rindt a perdu le contrôle de sa Lotus. Il y a également perdu la vie : c’était le samedi 5 septembre 1970.

Même s’il lui restait encore 4 autres courses à disputer, aucun de ses concurrents n’aurait pu égaler son total de points. Il avait effectivement accumulé le nombre de records de vitesses maximum en Formule 1. Aussi triste que cela puisse être, Rindt a été couronné à titre posthume pour ses performances.

Palmarès de Karl-Jochen Rindt

GRAND PRIX VICTOIRE POINTS
Allemagne 1 20
États-Unis 1 16
France 1 12
Grande-Bretagne 1 14
Monaco 1 9
Pays-Bas 1 9

Partager cet article