Reportage sur l’atelier école de pilotage : CD SPORT

Reportage sur l’atelier école de pilotage : CD SPORT

Notre école de pilotage CD SPORT, itinérante sur 8 circuits français, propose son activité pilotage tout au long de l’année avec plus de 80 dates par an. Une prestation sur-mesure qui se doit d’être parfaite pour chaque journée de pilotage. Les clés indispensables de la réussite d’une journée sont sans secret : la performance et la fiabilité.

Alain, chef mécanicien au sein de notre école de pilotage FR 2.0, nous ouvre les portes de l’atelier où sont maintenues et entreposées toutes nos Formules Renault 2.0.

La trêve hivernale, de fin novembre à mi-février, permet à l’équipe technique de réviser entièrement tout notre parc automobile afin de proposer lors de nos journées de stage, des voitures irréprochables à chaque instant.

Pour mieux comprendre ce qu’il se passe durant ces quelques semaines, Alain a répondu à toutes nos questions ! Ainsi, les coulisses de notre école n’auront plus de secrets pour vous.

 

1. Bonjour Alain, merci de nous accorder ce petit temps. Tout d’abord, pourrais-tu nous décrire l’activité de l’équipe technique lors des stages de pilotage en pleine saison ?

Avec plus de 80 dates par an, le rythme entre chaque stage est soutenu. Il nous arrive très souvent d’enchaîner plusieurs journées sur un même circuit.

Dans ce cas, nous assurons toujours un check complet des voitures le soir : C’est une étape non-négligeable puisqu’ainsi nous contrôlons les voitures les unes après les autres sur les points suivants :

  • Les freins : vérification des plaquettes de frein
  • Le serrage des pièces essentielles de la voiture
  • Une vérification des niveaux de fluides (huile moteur, liquide boite de vitesse, liquide de refroidissement)
  • Le plein des voitures, que nous faisons 3 fois par jour (matin, midi et après-midi).

 

2. Et sinon pendant les périodes de stages comment se fait l’entretien des voitures ?

Lorsque nous rentrons à l’atelier après plusieurs jours de déplacement, le contrôle des monoplaces est similaire à celui fait pendant les stages et peut parfois être plus appuyé.

Pour vous donner des exemples, il nous arrive de faire un passage sur la dalle afin de vérifier principalement la géométrie de la voiture. En cas de doute sur une boite de vitesse, il nous arrive de l’ouvrir pour la contrôler, idem pour le moteur.

Aussi, plusieurs fois par an, nous prévoyons la vidange de l’huile de boite et la vidange de l’huile de moteur. Ceci dans un soucis de performance et de longévité de la voiture.

Pour finir, pendant la coupure d’été, nous effectuons des révisions plus poussées en changeant les cousinés moteur par exemple.

 

3.Quelles sont les interventions les plus courantes tout au long de l’année ?

La partie de la monoplace qui demande le plus d’attention sont les freins : nous changeons régulièrement les plaquettes et les disques de freins. C’est l’élément qui s’use et s’abîme le plus vite, tout comme les pneumatiques.

Lors des journées de stage nous assurons tout au long des sessions de pilotage, l’ensemble des interventions mécaniques :

  • Remplacement d’un embrayage si un pied dérape sur celui-ci. (Les pédales sont très étroites sur les monoplaces.)
  • Vérifications des petits soucis bénins tels que les problèmes électriques ou les pompes à essence.

Ces interventions peuvent survenir, mais restent rares, car ce sont des véhicules très fiables.

Le moment que nous appréhendons le plus lors des stages : lorsque la monoplace revient dans les stands sur la dépanneuse… (rires). Cela veut dire que la voiture est malheureusement sortie de piste.

Par chance, c’est une situation plutôt rare, mais toujours une surprise pour l’équipe… En effet, nous sommes seulement informés par radio qu’une voiture est sortie de piste, mais dans l’instant T, nous ne savons pas exactement ce qu’il s’est passé, nous découvrons la voiture dès son retour dans les stands.

S’en suit un travail de recherche : la première étape est le nettoyage de la voiture, nous retirons toute l’herbe ou les cailloux qui ont pu se loger dans la monoplace. Ensuite nous repérons les possibles anomalies et les réparons directement. Le plus souvent, il s’agit de changer quelques pièces comme les triangles de roues, le support moteur, les éléments aérodynamiques et dans le pire des cas le crash box.

Mais comme je le disais, ce sont des situations plutôt rares, dans la majorité des cas, les pilotes font des têtes à queue et repartent directement de la piste (sous contrôle du moniteur).

 

4.Une fois la saison terminée, peux-tu nous lister les actons mises en place à l’atelier ?

La toute première chose que l’on fait pendant la trêve : le démontage des voitures.

Le démontage des Formules Renault 2.0 est un moment clé et indispensable pour assurer une voiture de qualité et performante au tour. C’est aussi une action longue que nous faisons une fois par an, pendant notre pause hivernale de fin novembre à mi-février.

Pour cela, les voitures sont donc immobilisées durant 4 mois, pour une reconstruction complète.

Le démontage des voitures demande une grande organisation. Notre parc est aujourd’hui composé de 8 Formules Renault.

Pour ce faire, nous démontons la monoplace en 4 parties : 

  • Les coques des voitures
  • Les moteurs
  • Les boites de vitesses
  • Les triangles et tout l’électronique

Pour démonter entièrement les FR 2.0, nous avons besoin d’un bon mois.

Une fois le démontage terminé, comme je le disais, nous avons un peu mois de 3 mois pour réviser les voitures, remplacer les pièces etc…

Si je devais un peu schématiser et lister nos actions, je dirais que nous avons 4 grandes étapes :

  1. La reconstruction complète des moteurs : une fois les moteurs retirés de la monoplace, nous changeons les pistons, les coussinets de bielle, les segments, les joints de culasse. On peut dire que le moteur est révisé à neuf chaque hiver.
  2. Les boites de vitesse : à l’identique du moteur, une fois toutes les boites de vitesse mises de côté, elles sont entièrement ouvertes et démontées. Nous effectuons une vérification de tous les pignons et des crabots. En plus, un check des embrayages est fait et nous les changeons si nécessaire.
  3. Les châssis : toute la partie châssis est inspectée : vérification des triangles, des différents roulements et rotules et remplacement si nécessaire de ces pièces.
  4. Les carrosseries : la touche finale de notre travail est la peinture de la carrosserie et de la coque sur chaque voiture.

Pour terminer, il faut compter le temps de remontage des FR 2.0 qui dure environ 5 semaines.

Aussi, j’étudie avec l’équipe les modifications qui peuvent être apportées à notre semi. Cette semi assure le transport de tout notre parc de voiture et de tout l’équipement dont nous avons besoin pendant les stages (caisses à outils, bar, portant, combinaison, pneumatiques…). Cette étape nous permet de réfléchir aux axes d’amélioration possibles pour le chargement et de checker la partie logistique du stage avant la nouvelle saison.

 

5.De quoi est composé votre stock de pièces ? (Pneumatiques, moteur…)

Nous avons besoin d’un stock de pièces conséquent pour toute l’année. Nous profitions de la période d’été et d’hiver pour faire l’inventaire des pièces et les commander si besoin.

Quand nous attaquons notre saison de stage nous avons toujours : 2 moteurs d’avance et une boite de vitesse en secours. Ce sont les deux pièces lourdes indispensables sur nos journées.

Aussi, dans le camion, nous avons toutes les pièces nécessaires pour la boite de vitesse, le châssis et la carrosserie et même à l’atelier une coque en réserve.

Autre stock important dont nous disposons : les pneumatiques. Chaque hiver, nous achetons un gros stock de pneus pour une bonne partie de la saison. Car nous avons besoin d’environ 1 train de pneus par voiture tous les deux jours, je vous laisse imaginer la quantité nécessaire à nos 80 journées de stage … ! 

formule renault atelier

Partager cet article